Actualité Maroc: Nouvelles méthodes de détection des bactéries phytopathogènes transmissibles en session de formation à Agadir

le 09/05/2008 02:18:14 401 lectures Une session de formation sur les nouvelles méthodes de détection et d'identification des bactéries phytopathogènes transmissibles par les semences et plants s'est ouverte mercredi à Agadir.

Premier du genre en Afrique et au Moyen-Orient, ce workshop international, qui se poursuivra jusqu'au 13 courant, traite d'un th√®me d'une importance capitale au regard du danger que repr√©sentent les maladies transmises par les semences et les plans qui jouent un r√īle important dans la diss√©mination des maladies √† l'√©chelle r√©gionale et mondiale et responsables de pertes √©conomiques consid√©rables.


Dans une déclaration à la MAP, le Pr. M'barek Fatmi, enseignant-chercheur à l'Institut agronomique et vétérinaire Hassan II, a mis en garde que l'échange de semences et de matériel végétal peuvent introduire des maladies dans plusieurs pays jusqu'ici indemnes, en plus de pertes directes en termes de production.

Il a indiqué, dans ce sens, que le Maroc dépend étroitement de semences et de plants importés, ce qui confère à cette session une importance particulière pour sensibiliser quant aux risques qui guettent la production agricole nationale.

"Malgré que notre pays soit épargné des grands problèmes phytosanitaires, certaines maladies bactériennes n'en constituent pas moins une source d'inquiétude", a relevé M. Fatmi, coordonnateur des travaux de cette session, citant notamment le chancre bactérien de la tomate et la maladie du feu bactérien, apparue en mai 2006, qui menace les rosacées à pépins.

Et M. Fatmi de souligner que tous les pays ont int√©r√™t √† renforcer les mesures de contr√īle au niveau des fronti√®res et √† consentir davantage d'efforts afin d'√©viter l'introduction des maladies.

Bien que les textes r√®glementaires r√©gissant ce secteur existent, leur application demeure d√©sormais tributaire d'une bonne sensibilisation aux risques que peut pr√©senter l'introduction incontr√īl√©e d'agents phytopathog√®nes, a-t-il estim√©.

M. Fatmi a, en outre, fait savoir que les maladies transmissibles par le matériel végétal (semences et plants) ont été au centre des préoccupations du laboratoire de phytobactériologie du complexe horticole d'Agadir, ce qui a permis d'entreprendre des travaux de recherches et de développer des méthodes de détection utilisant les techniques les plus récentes. Ces techniques, a-t-il expliqué, ont rendu possible un diagnostic rapide et permis la détection de populations de pathogènes indétectables par les méthodes conventionnelles.

Outre le Maroc, cette session de formation conna√ģt la participation de repr√©sentants d'Arabie Saoudite, d'Egypte, d'Alg√©rie, de Syrie, du Soudan, d'Espagne, d'Italie et du Danemark.

Ce workshop constitue une opportunité pour les participants d'échanger des informations concernant la production et la protection des cultures dans leurs pays respectifs et d'apprendre les techniques les plus récentes pour la détection et l'identification des maladies transmissibles par le matériel de propagation.

Les travaux de cette session se déclinent en cours magistraux et travaux pratiques au laboratoire.

MAP