Technologie: Skhirate: premier sommet africain de l'enseignement axé sur l'infrastructure et les technologies

le 13/07/2011 01:24:53 276 lectures - Les travaux du 1er sommet africain de l'éducation se sont ouverts mardi à Skhirate, autour du thème "l'agenda pour l'investissement dans l'infrastructure et les technologies".

Ce forum vise √† instaurer un nouveau type de liens entre les ministres africains de tutelle, les agences internationales, les fondations, les investisseurs et le secteur priv√©, dans l'objectif d'am√©liorer la qualit√© de l'√©ducations √† travers l'investissement dans la technologie, le b√Ętiment, les infrastructures et les capacit√©s.


S'exprimant à l'ouverture de cette rencontre de deux jours, le ministre de l'Education nationale, de l'enseignement supérieur, de la formation des cadres et de la recherche scientifique, Ahmed Akhchichine, a indiqué que le Maroc, conscient de l'enjeu que représente le secteur des technologies de l'information pour son avenir, s'est engagé à généraliser l'usage des TIC dans la société à travers des programmes structurants, dont le plus abouti est le programme "Maroc numeric".

M. Akhchichine a affirm√© que l'√©cole et l'universit√© constituent le fer de lance pour le d√©veloppement de ce programme √† travers des projets visant √† assurer l'√©quipement de l'ensemble des √©tablissements scolaires et universitaires et √† encourager la production de ressources p√©dagogiques num√©riques, soulignant que son minist√®re dispose d'une feuille de route qui pr√©voit la promotion et la mise en Ňíuvre d'une culture p√©dagogique favorisant l'int√©gration des TIC dans l'enseignement et l'apprentissage.

Le ministre a également révélé que le programme a permis l'équipement de 3.000 établissements en salles multimédia et en connexion, ainsi que la formations de plus de 150.000 enseignants et encadrants.

Il a, par ailleurs, rappel√© l'engagement du Royaume √† placer le d√©veloppement de la coop√©ration Sud-Sud parmi les priorit√©s de sa politique √©trang√®re, notant que l'enseignement sup√©rieure constitue la domaine o√Ļ cette coop√©ration est la plus d√©velopp√©e, notamment autour de la formation des cadres, le jumelage inter-universitaire et l'√©laboration de partenariat d'√©change et d'expertise dans diff√©rents domaines de la recherche scientifique.

Pour sa part, la directrice régionale de l'UNESCO en Afrique, Mme Ann Therese Ndong-Jatta, a noté que malgré les investissements lourds dans l'éducation en Afrique, plus de 38 pc des adultes sont toujours analphabètes, exhortant les pays africains à investir dans l'éducation préscolaire pour assurer des meilleurs résultats.

La responsable onusienne a souligné que l'utilisation des TIC dans l'éducation demeure la meilleure solution pour faire face à l'analphabétisme, appelant à une utilisation effective et stratégiques de ces technologies, à travers des politiques nationales régissant l'intégration pédagogique des TIC, des plans incitateurs visant à encourager les enseignants et les élèves à utiliser les TIC et le partenariat entre le secteur public et le secteur privé.

De son c√īt√©, la pr√©sidente de l'ONG "Global Education Morocco", Mme Deborah McArthur, a salu√© l'exp√©rience marocaine en mati√®re de lutte contre l'analphab√©tisme chez les filles, dont le taux de scolarisation a atteint 95 pc actuellement, contre 43 pc il y a dix ans.

Le premier sommet africain de l'enseignement est organisé par l'ONG internationale "African Brains", sous l'égide du ministère de l'Education nationale.

Dans une déclaration à la presse, le directeur général d'African Brains, John Glassey, a souligné que ce sommet a pour finalité d'aider les gouvernements africains à répondre aux besoins de leurs peuples en matière d'éducation, à la lumière de l'insuffisance des ressources allouées à l'amélioration de l'éducation dans le continent.

Le Maroc a été choisi pour abriter cette rencontre à la faveur de son expérience dans le secteur de l'éducation, notamment son plan d'urgence doté d'une importante enveloppe budgétaire.

Plusieurs sessions ministérielles programmées dans le cadre de cette rencontre sont dédiées à l'examen des expériences des pays africains en matière de l'investissement dans l'éducation et les TIC et à présenter les opportunités offertes par ce domaine.

Le 1er sommet africain de l'√©ducation conna√ģt la participation du Botswana, de l'Egypte, de l'Ethiopie, de la Gambie, du Ghana, du Kenya, de l'Afrique du Sud, du S√©n√©gal, du Zimbabwe et de la Zambie, ainsi que des repr√©sentants de nombreux organismes internationaux, tels que l'UNESCO, la JICA, l'USAID et l'Association pour le d√©veloppement de l'√©ducation en Afrique.

MAPF