Santé: Agadir: Les dentistes dénoncent la concurrence déloyale

le 15/04/2013 20:46:48 595 lectures 10.000 charlatans séviraient dans le Royaume avec une forte proportion dans le Souss
Couverture sociale, système de retraites… les grands absents
La formation continue, une obligation


Ils n’ont ni diplômes, ni formation, pourtant ils exercent le métier de «dentistes» en toute impunité. Leur clientèle? Une population plus soucieuse de ses moyens financiers que de l’hygiène et la sécurité que peut offrir un vrai cabinet médical.


Le nombre de ces charlatans, comme ils sont appelés par le corps de métier, est de près de 10.000 au niveau national, avec une grande proportion située dans le Souss. C’est une des problématiques soulevées lors de la 7e édition du Congrès national dentaire du Souss, en fin de semaine dernière, où plus de deux cents spécialistes, dont 40% venus d’autres régions, ont répondu à l’appel. En plus de représenter une concurrence déloyale, ces praticiens exposent la vie des citoyens et la mettent en danger, expliquent les dentistes. L’absence d’hygiène, de stérilisation, de savoir-faire se révèle souvent source de graves complications. Pour rappel, le cas de ce patient à Nador qui a décédé, il y a près d’un mois et demi, suite à des complications similaires. Le charlatan responsable est poursuivi par la justice pour homicide involontaire. La profession de dentiste est d’un autre côté grignotée par certains prothésistes dentaires qui prennent l’initiative de traiter directement avec le patient alors que leur travail est de confectionner des prothèses à la demande du médecin traitant. «Afin de combler le vide juridique, l’Etat est en train de préparer une loi pour organiser la profession», avance Dr Mohamed Amlal, président du Syndicat des médecins dentistes du Souss. D’un autre côté, et comme toutes les professions libérales, les dentistes ne bénéficient pas de couverture médicale ni de système de retraite. Régulariser cette situation est l’un des défis de la profession. Actuellement, ces instances médicales travaillent pour établir des partenariats en procédant par priorité. Le Congrès national dentaire du Souss, qui réunit la grande majorité des professionnels tous les deux ans, offre l’opportunité de débattre des problèmes qui ruinent la filière. Les organisateurs ambitionnent de faire de ce congrès un événement incontournable dans l’agenda scientifique national. Le thème retenu pour cette 7e édition est «L’odontologie évolue… vous aussi». Un choix qui s’explique par la nécessité pour le praticien d’être toujours au fait des dernières nouveautés vu que la médecine dentaire est en évolution continue. «Le médecin dentaire doit s’impliquer dans la formation continue pour offrir à ses patients des soins de qualité qui accompagnent cette évolution», explique Dr Amlal. La particularité aussi cette année est qu’en plus des 8 conférences, il y a eu 19 ateliers dont deux s’adressent particulièrement aux assistantes dentaires. L’optique étant de les sensibiliser sur les gestes et attitudes à adopter afin de contrôler l’infection croisée au cabinet dentaire. Pour rappel, cette 7e édition a été organisée par le Syndicat des médecins dentistes du Souss (SMDS).

En plus de représenter une concurrence déloyale, les «charlatans» exposent la vie des citoyens et la mettent en danger, expliquent les dentistes. L’absence d’hygiène, de stérilisation, de savoir-faire se révèle souvent source de graves complications

L´Economiste