Société: Agadir: Sur les traces des dinosaures d’Anza

le 02/04/2014 20:45:56 483 lectures Agadir: Sur les traces des dinosaures d’Anza
Plus de 200 empreintes trouvées in situ
Experts marocains et espagnols mènent une étude plus poussée


Le site d'Anza est le premier du genre au Maroc et même en Afrique, de l’âge crétacé supérieur et plus exactement Santonien, explique l'équipe de chercheurs marocains et étrangers actuellement sur place


Moins de trois mois après la découverte d’empreintes de pas de dinosaures en front de mer dans la commune d’Anza au nord d’Agadir, c’est une véritable expédition de chercheurs qui est mobilisée sur les lieux. Aux enseignants du département géologie de la faculté des sciences de l’université Ibn Zohr se sont joints des scientifiques espagnols pour mener une étude sur cette découverte. L’opération qui devrait durer une année environ est également soutenue par l’Association marocaine d’orientation et formation ciblée. Pour l’heure, les premières investigations ont révélé que ce nouveau site est d’une prime importance, souligne le Pr. Moussa Masrour, enseignant-chercheur à la faculté des sciences d’Agadir. «L’intérêt de ce site est double. C’est le premier lieu du genre au Maroc de l’âge crétacé supérieur et plus exactement Santonien», précise-t-il. Selon les experts, le passage des dinosaures sur les lieux remonteraient à 85 millions d’années. L’autre particularité de la découverte, sont les empreintes de pas qui font du site d’Anza, un des rares du genre au Maroc et même en Afrique. Les sites de cet âge sont en effet peu communs. A Anza, les experts ont compté pour le moment plus de 200 empreintes. Un nombre conjugué à une qualité de préservation qui distingue encore une fois le lieu et en fait un des meilleurs du genre au Maroc, avance Felix Perez Lorente de l’université de la Rioja en Espagne. L'équipe de chercheurs a pour objectif de dresser une carte de toutes les empreintes trouvées et déterminer le type de dinosaures qui vivaient à l’époque sur les lieux. Pour la préservation de ce patrimoine, une action de sensibilisation de la population est menée aussi par les jeunes de la commune réunis au sein de l’Association Youth initiative Anza. Il est également important de mettre sur place une surveillance et bâtir un mur autour pour sauvegarder le patrimoine. Pour l’heure, des volontaires se relaient sur les lieux mais une implication des autorités locales et des élus est nécessaire pour valoriser et protéger cette richesse culturelle, afin d'en faire un véritable atout touristique et culturel.

L´Economiste